L’Assemblée nationale, ou le lieu de pouvoir le plus influent de notre République.

Partager ce sujet →

L'hémicycle de l'Assemblée nationale, organe du pouvoir législatif/Photo via Wikipédia Commons (CC BY-SA 3.0)

En tant qu’auteur TheCuriosity, j’ai eu l’immense occasion de pouvoir se rendre dans le cadre d’un stage avec M. Ramos, député de la 6e circonscription du Loiret à l’Assemblée nationale, étant un lieu de pouvoir essentiel et incontournable dans notre République. Utilisé pour accueillir les députés depuis 1799 lors des périodes de démocraties, le Palais Bourbon se trouve dans le 7e arrondissement de la capitale et constitue un pilier fondamental de notre démocratie. Quel est le rôle de l’Assemblée nationale et des députés ? 

Comment fonctionne l'Assemblée ?

L’Assemblée nationale fait partie du pouvoir législatif, c’est-à-dire qui a pour devoir de proposer, voter, abroger (supprimer) une loi. Cependant, elle partage ce travail législatif avec le Sénat, qui ensembles forment le Parlement. Ces deux chambres s’échangent les projets de lois jusqu’à qu’elles se mettent d’accord, à la différence que l’Assemblée nationale demeure la chambre la plus puissante puisqu’elle seule peut initier le travail parlementaire, mais aussi puisqu’elle possède le dernier mot, et ce même si le Sénat est en désaccord sur un projet de loi. L’Assemblée nationale se compose de 577 députés élus par le suffrage universel direct représentant le peuple français. Ils sont généralement regroupés dans des groupes parlementaires afin de faciliter le travail parlementaire. 

Composition actuelle de l'Assemblée nationale. Respectivement de gauche à droite, les groupes GDR (communistes), LFI, socialites apparentés, LREM (macronistes), MoDem, AE, UDI et LR ( Les Républicains/Photo via Wikipédia

Le Palais Bourbon, siège de législateurs illustres

Depuis, 1799, de nombreux hommes et femmes ont siégé dans cette Assemblée mythique à toutes les époques, que ce soit durant la fragile Deuxième République (1848-1852), la Troisième République et d’autres périodes mémorables, tel Victor Hugo, poète, mais aussi législateur qui, aux côtés du Parti de l’Ordre, parti conservateur majoritairement royaliste, va s’en émanciper progressivement jusqu’à rejoindre le camp des socialistes notamment avec l’un de ses plus grands discours appelé “Détruire la misère” prononcé le 8 juillet 1849 dans un contexte de République fragile et nouvelle. 

Victor Hugo/Wikipédia Commons

Autre personnalité importante de l’Histoire de France, il s’agit d’Alexis de Tocqueville, philosophe politique qui est parti pendant de longues années étudier la démocratie aux Etats-Unis d’Amérique. Conservateur, il est élu à l’Assemblée constituante de 1848 et est un des parlementaires les plus influent du parti de l’Ordre. Il est toutefois particulièrement connu pour son écrit “De la démocratie en Amérique” qui constitue une œuvre fondatrice du libéralisme politique en France. Selon lui, la société française tend vers la démocratie, processus inévitable.

Une journée à l'Assemblée nationale

Lors de cette première journée, j’ai pu visiter l’Assemblée nationale et donc découvrir des pièces parfois mal connues. En effet, le lieu est connu pour l’hémicycle, mais en réalité, il y a bien d’autres pièces comme les bureaux des parlementaires, la salle de réception des journalistes où ils peuvent poser des questions aux députés ou encore la bibliothèque de l’Assemblée. Par la suite dans la journée, j’aurais l’occasion d’assister aux questions au gouvernement ayant lieu chaque semaine le mardi. C’est une séance parlementaire dans laquelle les députés peuvent poser des questions aux membres du gouvernement concernés. Elle demeure très importante puisqu’elle permet aux députés de rapporter des questions venant parfois d’élus locaux.

La bibliothèque de l'Assemblée, un lieu fondamental de l'Etat de droit

La bibliothèque de l'Assemblée / Photo par Romain Brignon

Mis à part la beauté de la pièce que personne ne remettra en question, la bibliothèque est capitale puisque c’est ici que sont entreposées toutes les lois de la Ve République. Chaque livre est composé parfois de milliers de pages. Ce principe fondamental d’écrire les lois est une caractéristique d’un Etat de droit, c’est-à-dire un pays dans lequel on opère ce que l’on nomme une hiérarchie et écriture des normes. Concrètement, les lois sont discutées démocratiquement, écrites, consultables par tous et hiérarchisées en fonction de leur importance, du bloc de constitutionnalité jusqu’aux règlements intérieurs. 

Une séance à l'Assemblée

Même si l’accès à l’hémicycle demeure difficile, j’ai pu observer les débats des questions au gouvernement pendant presque deux heures. Malheureusement, je n’ai pas pu filmer ni même prendre de photos puisque c’est totalement interdit en étant invité d’honneur.

Les questions et prises de paroles étaient diverses, j’ai retenu nombres d’entre elles, c’est pourquoi TheCuriosity a pu résumer les questions au gouvernement du mardi 20 juillet dernier. Pour rappeler le contexte, la vaccination est à un stade avancé, mais la 4e vague a poussé Emmanuel Macron à annoncer la mise en place d’un pass sanitaire qui sera débattu à l’Assemblée nationale le 22 juillet, mesure controversée et qui a provoqué quelques jours après l’annonce de multiples manifestations contre le pass, avec de nombreux dérapages complotistes et antisémites. Par ailleurs, la séance ayant eu lieu quelques heures après concerne la loi climat qui a été adoptée, ce qui fera du sujet climatique l’objet de nombreuses prises de paroles. C’est dans ce contexte assez complexe que les échanges entre députés et membres du gouvernement vont avoir lieu.

De nombreuses prises de parole concernant la vaccination

M. Abad, député de l’Ain et président du groupe parlementaire LR a rappelé l’importance de la vaccination et son opposition au complotisme, tout comme les allusions à la Shoah lors de manifestations qu’il qualifie de honteuse. Il n’a pas été le seul à se prononcer sur cet incident puisque M. Falorni, député Libertés et territoires s’est fait applaudir à l’unanimité par l’ensemble des groupes parlementaires sur ce sujet qui avait fait beaucoup parler.


Aussi, la députée Mme Rabault (PS) n’a pas hésiter à demander le nombre de doses vaccinales disponible, ce qui a mis en lumière un manque de dose alors même que la vaccination obligatoire allait être débattue à l’Assemblée quelques jours plus tard. Une autre députée, Sabine Rubin (LFI), a dénoncé le pass sanitaire ainsi que la gestion calamiteuse du gouvernement concernant la vaccination, avançant que la France était le pays le plus en retard d’Europe sur ce sujet. Mme Rubin a également dénoncé le manque d’anticipation du gouvernement par rapport à la rentrée des classes puisque de nombreux pays ont anticipé en commandant des purificateurs d’air dans les salles de classes tandis qu’en France aucune mesure incite les lieux d’enseignements à se prémunir de purificateurs. En réponse, le Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran n’a pas vraiment répondu sur le fond, mais plutôt sur la forme en s’en prenant à l’opposition que forme le groupe LFI, signe de la longue année et demie de crise qui a épuisé l’Assemblée.

Valérie Rabault, députée PS / Photo via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Egalement des discours sur le climat

Cédric Villani, député ex-LREM, désormais non-inscrit, a prononcé un discours sur l’inaction climatique du gouvernement et en mettant en avant le fait que la loi climat est clairement insuffisante et incapable de répondre aux enjeux climatiques de demain. Selon M. Villani, il faut un bouleversement radical de notre société, et non “plus de matières et plus d’énergies”. Par ailleurs, Chantal Jourdan a elle aussi dénoncé l’absence de mesures concrètes dans le projet de loi climat et résilience qui d’ailleurs ne possède aucune des mesures souhaitées par la convention citoyenne, alors même qu’elle avait été créée par l’exécutif pour trouver des mesures concrètes dans la lutte contre le changement climatique. Ces mesures, trouvées par des citoyens tirés au sort comme l’arrêt de l’utilisation de pesticides comme les néonicotinoïdes, avaient été rejetées, signe d’un refus de la part du gouvernement de jouer à leur propre jeu.

Un épandage de pesticide/Photo via Wikipédia Commons (CC BY-SA 4.0)

“Nous sommes vite passés des prévisions effrayantes à une réalité effrayante (en parlant des catastrophes climatiques récentes). Ce sujet, et plus que tout autre, devrait nous tenir éveillé. La loi (résilience et climat) qui sera adoptée tout à l’heure n’est qu’un catalogue d’ajustement.”

Extrait du discours de Cédric Villani à l’Assemblée nationale le 20 juillet 2021

Cédric Villani, mathématicien et député / photo via Wikipédia Commons ( CC BY-SA 3.0)

Une question sans réponse concernant le logiciel Pegasus, faute de manque d'informations

Le député Alexis Corbière ( LFI ) à quant à lui demandé à Jean Castex davantage d’informations à propos du logiciel espion Pegasus, développé par une entreprise privée israélienne dans le but initial de “prévenir du terrorisme”, que le Maroc aurait utilisé afin d’espionner la France, mais aussi si le gouvernement français l’utilisait et s’ils étaient au courant de ce scandale avant que des journalistes ne révèlent l’affaire. Le Premier ministre Jean Castex n’a malheureusement pas pu se prononcer sur l’affaire puisqu’il ne possédait pas davantage de renseignements que les journalistes ayant révélé l’affaire.

Le député Cédric Roussel (LREM) demande une enquête vis-à-vis des publicités de paris sportifs

En effet, le député LREM a demandé que des enquêtes soient réalisées afin de condamner les entreprises de paris sportifs qui dans le cadre de publicités, feraient la promotion des paris comme réussite sociale tout en usant d’influenceurs et de mises en scènes, alors même que cela est interdit par une loi promulguée l’année dernière. Selon le député, la proportion de joueurs chez les jeunes a doublé en 10 ans, tandis qu’ils sont 6 fois plus sensibles aux addictions. Selon de récentes études, l’Euro de football n’a pas aidé à améliorer cette situation puisque que de nombreuses publicités ont accentué l’endettement chez les jeunes joueurs,

Une séance dynamique et enrichissante

En effet, de nombreuses questions pertinentes ont été posées à l’exécutif, comme par exemple des cas de sinistres relevés par plusieurs députés et qui, par conséquent, demandaient qu’une procédure permettant l’indemnisation des sinistrés soit engagée. Par conséquent, on peut en déduire que les questions au gouvernement constituent évidemment un moment important, puisque le gouvernement centralisé peut répondre à certaines demandes provenant du législateur, représentant du peuple français. Merci aux personnes qui m’ont donné l’opportunité de me rendre dans ce lieu, à savoir M. Ramos, député de la 6e circonscription du Loiret, mais aussi sa collaboratrice parlementaire Amandine Rollin qui m’a chaleureusement accueilli à l’Assemblée nationale.