TheUncensoredLibrary : Quand Minecraft lutte pour la liberté de la presse

Partager ce sujet →

Dôme de TheUncensoredLibrary / Capture d'écran par Alexandre Pruvost

À l’heure où la liberté de la presse reste inégale à travers le monde, Reporters sans frontières a décidé de jouer la carte de l’originalité pour continuer leur combat. TheCuriosity vous explique aujourd’hui comment l’alliance entre un jeu vidéo mondialement populaire et les défenseurs de la liberté de la presse peut créer de grandes et belles choses.

Une collaboration atypique

Créé en 1985 par 4 journalistes, Reporters sans frontières est une organisation non gouvernementale défendant la liberté de la presse dans le monde. L’organisation est présente dans 14 pays et peut compter sur plus de 120 correspondants. Mais alors que se passe t-il quand Reporters sans frontières et Minecraft décide d’oeuvrer ensemble ? Fort de ses 120 millions de joueurs mensuels, considéré par certains comme le meilleur jeu vidéo de la dernière décennie voir de tous les temps, Minecraft a rejoint le 12 mars 2020 le combat de Reporters sans frontières à ses côtés. Voici comment.

250 heures. C’est le temps qu’il aura fallu à une équipe de 24 membres originaires de 16 pays différents pour assembler les 12,5 millions de blocs de TheUncensoredLibrary. C’est BlockWorks qui fut chargé de réaliser le projet, un studio spécialisé dans la réalisation de grands projets dans Minecraft tel que celui-ci. Le but de TheUncensoredLibrary est simple, rendre d’accès à tous les ouvrages censurés de journalistes parfois exilés, emprisonnés, voir tués.

Plus de 200 livres censurés à la portée de tous

La bibliothèque est divisée en 8 grandes parties. On retrouve en premier lieu le dôme principal, menant vers 3 grandes ailes contenant elles-mêmes 2 salles respectives. Une dernière salle est consacrée à la crise sanitaire actuelle. Le dôme principal est sublime, en dessous d’un sol en verre, une gigantesque carte du monde y est représentée. Selon la situation de la liberté de la presse, une couleur est attribuée à tous les pays. Accroché aux murs, le dôme est habillé par des centaines de drapeaux. Au sommet de chacun de ses drapeaux, un pupitre relate la situation de la presse dans ce pays, ainsi que sa position dans le classement mondial de la liberté de la presse.

Ce n’est autre que la Norvège qui revendique cette prestigieuse première place, suivi de ses voisins nordiques qui sont la Finlande, le Danemark et la Suède. La France se retrouve à la 34e place et l’on retrouve sans trop de surprises la Corée du Nord pour clôturer ce classement.

L’une des salles est consacrée à Reporters sans frontières, avec des informations en tout genre sur cette ONG. Les 5 autres salles sont quant à elles réservées au Mexique, l’Egypte, la Russie, l’Arabie Saoudite ainsi que le Viêtnam. Nous sommes accueillis par un pupitre à l’entrée de chaque salle, nous expliquant la situation de la presse du pays en question. Au centre se trouve de nombreux livres, ouvrages, articles, interdits par ces pays. Chacune des salles met à l’honneur un des journalistes qui a risqué sa vie dans l’exercice de son métier.

Détaillée la véritable mine d’informations que contiennent ses salles prendrait des heures, toutefois, nous nous devions de vous parler de la salle consacrée au Méxique. Comme il est inscrit sur le livre à l’entrée, TheUncensoredLibrary rend hommage à 12 journalistes assassinés dans ce pays d’Amérique latine. Une photo de tous les journalistes s’y trouve, avec un livre nous expliquant qui ils étaient et qu’ont ils écrits, contre quoi se sont-ils battus. La plupart dénonçaient le trafic de drogue intensif, la corruption de la police locale ou encore les meurtres en tout genre. Un des journalistes, Rogelio Barragán Pérez a été retrouvé sans vie dans le coffre de sa voiture. Javier Valdez Cárdenas s’est quant à lui fait assasiné par des hommes armès non identifiés. Norma Sarabia Garduza, tuée elle aussi, était mère de deux enfants.

La dernière salle contient de nombreux articles censurés relatant de la crise sanitaire que le monde subit désormais depuis 1 an et demi. On y trouve par exemple un livre dédié au Dr Li Wenliang, le médecin chinois qui avait alerté ses collègues sur un forum de discussion en ligne de la dangerosité de ce nouveau virus. Deux jours plus tard, il fut arrêté par la police et fut déclaré mort quelque temps après suite à son infection au virus.

Une véritable prise de conscience

Nous avons parfois tendance à oublier que nous vivons dans un pays libre, où nous pouvons exprimer librement nos opinions et convictions. TheUncensoredLibrary, en plus de perpétrer la mémoire de ces journalistes tués, exilés ou emprisonnés, assène un véritable coup de massue nous faisant prendre conscience de la chance que nous avons. Cette bibliothèque est un véritable chef d’œuvre, autant visuellement que par son contenu, et nous vous conseillons de vive voix à venir y jeter un coup d’œil. La carte peut-être téléchargée et un serveur et mis à disposition en permanence. Cliquez ici pour en savoir plus

Quelques photos

Nous mettons à votre disposition quelques captures d’écran prises par nos soins.

Façade de la librairie
Aile gauche de la librairie
Entrée principal
Dôme central
Drapeaux et planisphères de Reporters sans frontières
Position de la Norvége au classement mondiale de la liberté de la presse
Salle du Méxique / visages des journalistes assasinés
Salle de l'Arabie Saoudite
Salle de la COVID-19