Pâques à travers le monde et l’Histoire

Partager ce sujet →

Les oeufs en chocolat, butin de la fameuse chasse qui a lieu traditionnellement le dimanche de Pâques. / Photo via time.com

Si l’on vous évoque Pâques, la première image qui vous vient en tête est probablement celle de la chasse aux œufs en chocolat. Souvent associée à des souvenirs joyeux et conviviaux, cette fête ancestrale n’a cependant pas toujours été telle que nous la connaissons aujourd’hui. Dans cet article, TheCuriosity vous emmène sur les traces de Pâques et les différentes façons dont elle est célébrée à travers le monde.

Pâques, des origines religieuses

Bien que souvent associée à la religion chrétienne, la fête trouve pourtant ses racines dans le Judaïsme. Le terme « Pâques » est dérivé de l’hébreu Pessa’h qui signifie « passer au-dessus ». Dans le culte juif, la fête de Pessa’h commémore l’exode du peuple hébreux hors d’Égypte et son indépendance, qui forment les bases de cette religion. Pour ses pratiquants, Pessa’h (aussi appelée Pâque Juive) est une commémoration qui dure sept jours et se conclue par le rituel de Seder.


Du côté du christianisme, Pâques a pour but de célébrer la résurrection de Jésus Christ, trois jours après sa crucifixion. C’est une des célébrations les plus importantes pour les chrétiens puisqu’elle accomplit la prophétie annoncée dans l’Ancien Testament, la partie de la Bible antérieure à la vie de Jésus Christ.
Le caractère initialement religieux de Pâques, bien que toujours présent de nos jours, a évolué au cours de l’Histoire.

S’offrir des œufs décorés, symbole de renouveau

Avant même les prémices de Pâques, il était coutume de s’offrir des œufs peints au début du printemps, notamment dans les cultures égyptiennes ou romaines. Cela s’explique par le sens qu’il porte : l’œuf symbolise la vie et est ainsi signe de prospérité et de renouveau. Des restes d’œufs décorés ont par exemple été retrouvés dans des tombes d’Afrique australe vieilles de plus de soixante-mille ans. Ce même œuf est à l’origine de la Terre d’après Kalevala, l’épopée mythologique finlandaise. Plus tard, les œufs ont été associés à la Pâques chrétienne car le symbole de vie attribué à l’œuf concordait avec la résurrection de Jésus Christ. Pendant le Carême, les 40 jours qui précèdent cette fête, il était autrefois interdit aux chrétiens de manger des œufs. Ceux qui avaient été pondus à cette période étaient inconsommables, cependant on les décorait puis les offrait le dimanche de Pâques.

Les œufs de Fabergé sont des œuvres du joaillier russe Pierre-Karl Fabergé. Mort en 1920, il a réalisé au court de sa vie une cinquantaine d’œufs semblables à celui-ci, pour des clients tels que les empereurs russes Alexandre III et Nicolas II. Constitués de métaux rares et de pierres précieuses, ces œufs sont des références dans le domaine de la joaillerie d’art. / Photo par Hank Gilette

Quand le chocolat s’y mêle…

Comment les œufs de poules se sont transformés en chocolat, pour arriver à Pâques telle que nous la connaissons aujourd’hui ? Les origines restent floues, mais tous s’accordent sur le fait que dès la première moitié du 19ème siècle, confiseries et chocolats étaient à l’honneur pour Pâques. Plus tôt, au 18ème siècle, il aurait été coutume en Allemagne de vider des œufs de poules et de les remplir de chocolat. Ce n’est qu’une centaine d’années plus tard que les œufs semblables à ceux que nous consommons de nos jours ont apparu, grâce à la modernisation des techniques de travail du chocolat. Il est aussi courant de voir des lapins ou des cloches en chocolat : le lapin est l’emblème de Ost Ara, déesse nordique de la fertilité et de la vie. En signe de deuil pour la mort de Jésus Christ, la tradition chrétienne veut que les cloches ne sonnent pas entre le jeudi Saint et le dimanche de Pâques, on racontait donc aux enfants qu’elles étaient à Rome pour se faire bénir par le Pape. Le dimanche, on leur offrait des cloches en chocolat afin de célébrer leur retour de Rome.

Comment est fêtée Pâques dans le monde ?

De nos jours, cet évènement est presque partout célébré sous le signe du chocolat. À Pâques de 2018, les français ont consommé plus de 14 000 tonnes de chocolat, d’après Le Figaro. Ce chiffre peut paraître dérisoire comparé aux Allemands et aux Suisses, avec respectivement 11.1kg et 9.7kg de chocolat consommé par an et par habitant.
Malgré que cette fête soit basée sur des valeurs communes, elle peut être célébrée différemment en fonction des pays voire des régions. En France et dans de nombreux pays d’Europe et du monde, la tradition veut que les cloches, de retour de Rome, sèment des œufs en chocolat sur leur passage. Chez nos voisins allemands, c’est un lapin qui les dépose. Dans pratiquement tout les pays célébrant cette fête, une chasse aux œufs à lieu durant laquelle ses participants (le plus souvent les enfants) cherchent les chocolats et les collectent dans des paniers.
Pour la religion chrétienne, le menu traditionnel du dimanche de Pâques est constitué d’un rôti d’agneau, qui symbolise pour eux le sacrifice de Jésus pour le monde. Une coutume grecque consiste à casser, à l’aide de trois doigts, l’œuf de son voisin de table préalablement peint en rouge, pour représenter le sang du Christ. Les italiens confectionnent la Colomba, un gâteau en forme de colombe qui est annonciatrice de bonnes nouvelles.
En Finlande, les enfants se déguisent en sorcière et vont sonner aux portes de leurs voisins, qui leur donnent des friandises ou des chocolats. Les Allemands ont pour tradition de se réunir en famille autour du feu de Pâques, qui symbolise l’arrivée du printemps. De l’autre côté de l’océan atlantique, une chasse aux œufs est organisée le lundi de Pâques par le président américain dans les jardins de la Maison Blanche. Easter Bunny (le « lapin de Pâques » en anglais) apporte des friandises aux petits américains, que ces derniers vont chercher lors de la White House Easter Egg Roll (« La chasse aux œufs de la Maison Blanche »).

Malgré une histoire et une signification différente selon les cultures, la célébration de Pâques est universelle dans les valeurs qu’elle véhicule. La vie, la joie et la paix, sans oublier le chocolat, sont des signes propres à cette fête, qui est la deuxième préférée des français, après Noël.

Une jeune américaine cherchant des oeufs en chocolat dans son jardin. / Image de Shoshanah, Wikimedia