Le rover Perseverance, quels enjeux ?

Partager ce sujet →

Perseverance lors de ses premiers instants sur le sol de Mars / Photo via NASA

Un mois auparavant, le rover Perseverance se posait sur Mars et envoyait les premières informations en provenance de la planète Rouge. Cet événement remarquable est une grande avancée pour la science. Ce rover a différents objectifs à accomplir sur la planète, et l’issue de la mission sera déterminante pour de futures enjeux, et même des défis que les êtres humains devront relever au cours de ce siècle, comme l’appropriation de l’espace extra-atmosphérique. Cette mission prépondérante l’est donc pour diverses raisons. Quels sont les enjeux liés à la mission de Perseverance ? En quoi cette mission représente un tremplin pour les Hommes vers la conquête de l’espace ?

Le 18 février 2021, le fruit de plusieurs années de développement entrepris par la NASA, à savoir le rover Perseverance, se pose à la surface de Mars dans un des nombreux cratères de la planète nommé Jezero. Ce petit bijou de technologie n’est pas le premier rover à être envoyé sur Mars, mais les outils qu’il emporte permettront sûrement de faire de celui-ci un atout bien plus précieux que ses confrères envoyés auparavant sur Mars, tel que Curiosity en 2012. En effet, là ou Curiosity a permis de confirmer la présence de vie il y a plusieurs milliards d’années sur la planète rouge, Perseverance compte décupler nos connaissances sur cette planète proche de la nôtre grâce à diverses missions d’explorations et de récolte de données scientifiques.

Perseverance. / Photo via NASA

Un atterrissage périlleux

L’atterrissage est une opération délicate. C’est le moment le plus incertain lors d’une telle mission puisqu’elle est programmée plusieurs mois à l’avance. S’il y a des erreurs de calcul, alors l’opération d’atterrissage peut s’avérer être un échec, car elle ne peut être contrôlée à distance. Fort heureusement, l’entrée dans la très mince atmosphère martienne s’est bien déroulée et le rover a pu se déployer. Il a ainsi fait parvenir à la Terre des clichés inédits de Mars, mais aussi des sons martiens. Voici un direct de la NASA retraçant les dernières minutes de l’atterrissage, du déploiement du parachute jusqu’au déploiement complet du rover sur le sol martien.

Pourquoi un nouveau rover ?

Perseverance est doté de nouveaux outils que l’on ne pouvait pas développer il y a quelques années. Le progrès technique et technologique a ainsi permis de relancer une mission ayant des enjeux différents de ceux des rovers précédents envoyés sur Mars comme Curiosity. Cette mission est même une suite logique de ce rover. Ainsi, Percy, le surnom de Perseverance, est équipés de sept instruments différents, deux microphones et 19 caméras. Percy emporte aussi avec lui un hélicoptère miniature nommée Ingeniuty.

Mars prise par Perseverance à l'aide d'une caméra à 360° / Photo via NASA

De nouveaux mystères à percer

Le rover Perseverance doit dans un premier temps récolter une quarantaine de carottes de sol martien afin d’étudier la composition du cratère, ayant été un lac auparavant, et donc ayant également été probablement un lieu ou la vie sous forme bactérienne ai pu se développer il y a longtemps. Par la suite, les échantillons seront renvoyés sur Terre puis étudiés dans des laboratoires dans le but d’y étudier des anciennes formes de vie. Par conséquent, le rover est doté d’un système lui permettant de propulser les échantillons martiens dans l’espace. Il est donc prévu que lors de la fin de la mission de Perseverance en 2031, une autre mission soit organisée afin de mettre en place un objet capable de récupérer les échantillons. Cette mission sera également périlleuse, mais précieuse afin de tester les nouvelles technologies développées par la NASA ces dernières années. 

L'analyse des échantillons capitale

De retour sur Terre dans les années 2030, ils permettront de déterminer la composition du sol de Mars. Il pourrait s’agir de roche sédimentaire ou de roche volcanique. Toutefois, l’analyse des carottes permettra également de déterminer s’il y eu de la vie autrefois dans le cratère grâce à de fines analyses bactériologiques. Ces analyses représentent une avancée considérable dans le progrès scientifique puisqu’elle pourrait se solder sur une bien meilleure compréhension des conditions nécessaires à l’apparition de la vie dans l’Univers.

Un des nombreux cratères sur Mars.

Une réaffirmation de la course à l'espace

Ces dernières années ont été marquées par l’émergence de tensions entre la Chine et les Etats-Unis. De ce fait, ces tensions, situées sur l’espace terrestre et maritime, se répercutent dans l’espace. Ainsi, fin 2020, la Chine a envoyé Chang’e 5, le premier engin sur la face cachée de la Lune et a donc réaffirmé sa volonté de dépasser les Etats-Unis en matière de progrès technologique. Les Etats-Unis qui dans le début des années 2010 ont eu des doutes quant à la poursuite d’une mission spatiale d’exploration ont finalement relancé la mission Perseverance, et ainsi montré leur volonté non seulement de vouloir continuer les recherches scientifiques extraterrestres, mais également de coloniser Mars. En effet, que ce soit d’acteurs privés tel que Space X, Blue Origin ou d’acteurs publics comme la NASA, il est clair que l’objectif de ces missions, outre le prestige, est de tester les différents engins et différentes technologies nécessaires afin d’établir une éventuelle colonie dans le futur, lorsque cela sera possible.

Et si Perseverance trouvait de la vie sur Mars ?

Lors de l’arrivée des échantillons sur Terre prélevés par Percy, ils seront analysés dans des laboratoires spécialisés pour prévenir du risque bactériologique, à savoir des laboratoires de haute sécurité dits P4, dans lesquels sont stockés des virus éradiqués ou extrêmement dangereux, ou manipulés génétiquement par l’Homme (arme bactériologique). Ainsi, des analyses pourraient être réalisées en toute sécurité afin d’étudier une hypothétique ancienne forme de vie sur Mars, qui n’aurait pas pu dépasser la forme unicellulaire selon une majeure partie de la communauté scientifique. Cependant, le rover Perseverance de part ses outils ne peut prendre des échantillons profondément dans le sol martien. Or, le bombardement des rayons solaires depuis des milliards d’années n’aurait laissé aucune chance de survie à des molécules à la surface, c’est pourquoi des bactéries pourraient être davantage coincées dans le sol martien. Il est donc très peu probable que l’on vérifie grâce à cette mission la présence de vie sur Mars. Toutefois, il est clair que cette mission ambitieuse permettra d’accroître nos connaissances sur la planète la plus proche de la Terre, qui fut autrefois semblable à la Terre. Ainsi, cela permettrait également de mieux connaître les conditions de l’apparition de la vie dans l’Univers.