L’incroyable évolution d’Internet, expliquée

Partager ce sujet →

Le Machintosh Plus d'Apple de 1986, un ordinateur sorti quelques années avant la création du Web en 1991. / Photo par Rama.

Internet est très probablement l’une des plus grandes – si ce n’est la plus importante – révolution technologique contemporaine. Nous permettant à la fois de communiquer et de rester connecté avec le monde entier, celle-ci nous facilite aujourd’hui l’accès à l’information en temps réel, comme c’est notamment le cas avec cet article, mais facilite aussi l’économie, la finance, les entreprises et plus globalement, la société en elle-même. Partout et sur n’importe quelle plateforme, Internet nous permet aujourd’hui de s’y faire un nom, partager, apprendre, communiquer et bien d’autres, si bien qu’il serait parfois surréaliste de s’imaginer vivre sans. Pourtant, de ses prémices des quelques ordinateurs des universités américaines du MIT et des institutions californiennes, à votre téléphone portable de quelques millimètres d’épaisseur en 2021, Internet a énormément évolué. Retour sur cette fulgurante évolution de cet outil révolutionnaire qu’est le Web.

Prémices et années 60 & 70

Tout commence au début des années 60. À cette époque, le psychologue et informaticien Joseph Carl Robnett Licklider, aussi surnommé J.C.R Licklider, énonce pour la première fois ce qui pourrait aujourd’hui s’apparenter à l’idée d’Internet. En effet, celui-ci évoque, dans une série de mémos au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1962, que des interactions sociales à grande échelle pourraient être rendues possibles entre plusieurs ordinateurs, connectés à un même réseau mondial. Sans le savoir, Licklider venait de faire le premier pas vers l’une des plus grandes avancées technologiques de notre monde, Internet.

Débute alors une série de recherches sur la mise au point d’un tel système, d’abord menée par Licklider puis par ses successeurs, tous appartenant à la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA). Ainsi, les chercheurs du MIT utilisent pour la première fois, en 1965, la technique de la commutation par paquets – méthode de regroupement de données qui sont ensuite transmises sur un réseau numérique – afin de relier un ordinateur du MIT à un autre ordinateur en Californie, à plusieurs milliers de kilomètres, grâce à une liaison téléphonique. Ainsi, bien que ce lien fut très réduit et d’une faible vitesse, il est considéré comme le tout premier réseau informatique à grande échelle dans le monde.

“Cette expérience prouva que les ordinateurs à temps partagé pouvaient très bien travailler ensemble, en exécutant des programmes et en récupérant des données si nécessaire sur la machine distante, mais que le système téléphonique commuté était totalement inadapté.”

 

Un bref historique de l’Internet, Introduction, 1997.

Réseau ARPANET aux États-Unis en 1974.

Dès lors, l’idée du projet ARPANET voit le jour en 1967, dans un plan établi par Lawrence G. Roberts, chercheur au MIT ; ce réseau ayant comme objectif de connecter plus d’ordinateurs, de différentes universités et établissements militaires des États-Unis. Après deux années de recherches quant à l’architecture et le développement d’un tel projet numérique, l’Université Californienne de Los Angeles (UCLA) devient le premier nœud sur ce réseau informatique, après l’installation du premier ordinateur “hôte” et commutateur de paquets en 1969, lançant alors ce que certains considèrent aujourd’hui comme le “premier Internet”. Les prochains nœuds étant le Stanford Research Institute (SRI), le premier message hôte à hôte d’ARPANET fut par ailleurs envoyé par le laboratoire de l’UCLA au SRI, mais aussi l’Université de Santa Barbara (UCSB) et de l’Utah. À la fin des années 60, ARPANET était alors constitué de 4 nœuds uniques de 4 différentes universités américaines de l’Ouest du pays.

Dans les années 70, ARPANET ne cessera de grandir, en ajoutant rapidement de nouveaux nœuds, d’autres universités américaines, au réseau numérique. À noter qu’en 1973, le premier e-mail sera conçu et envoyé par un ingénieur américain, Ray Tomlinson, grâce à deux programmes : l’un permettant à deux personnes connectées sur le même terminal de se laisser des messages, le second permettant d’envoyer des fichiers entre des ordinateurs
connectés à ARPANET. Ainsi, ce réseau ne cesse de s’étendre aux États-Unis, mais ne concerne que les institutions universitaires et militaires. Rapidement, ARPANET, malgré la prouesse technologique pour l’époque, semble montrer ses limites et enclenchera alors son déclin dans les années 80.

Années 80

Les années 80 sont souvent considérées comme l’essor d’Internet, du moins sur la recherche menant à un réseau accessible partout et pour tous, et non plus seulement pour les institutions universitaires et militaires. En effet, bien que le manque de fiabilité et de praticité d’ARPANET lui ait lentement coûté son déclin 15 ans après son lancement officiel, un nouveau protocole informatique plus fiable et plus facile à mettre en œuvre pour différents réseaux voit le jour. Produit de la recherche de trois ingénieurs français et américains, Louis Pouzin, Vinton Cerf et Robert Kahn, ce nouveau protocole permet d’assurer le contrôle des paquets de données circulant sur le réseau et de déterminer la localisation des ordinateurs sur ce même réseau : c’est le TCP/IP. Encore utilisé de nos jours, il est ainsi à l’origine d’Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Rapidement, l’idée de voir un réseau mondial, semblable à ARPANET, pour tous et partout, voit le jour. Début 1989, Tim Berners-Lee, un chercheur de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), imagine un projet de système informatique qui permettrait de faciliter le partage des documents entre les différents centres du CERN, nommé WorldWideWeb (WWW), grâce à plusieurs éléments, toujours utilisés aujourd’hui : un protocole informatique (l’HTTP), un langage de programmation (l’HTML) et finalement, un logiciel (le WorldWideWeb). Ces recherches sont à l’origine de l’Internet aujourd’hui connu de tous.

Années 90 & évolution jusqu'à nos jours

Ainsi, c’est en 1991 qu’Internet voit officiellement le jour. Dès cette création, ce réseau ne cessera de grandir pendant les années 90, devenant de plus en plus accessible au grand public en Amérique puis en Europe. En 1992, un groupe d’étudiants et de chercheurs de l’université de l’Illinois a notamment développé le premier navigateur grand public, permettant à tous de faire des recherches sur le Web, nommé Mosaic. À cette époque, Internet n’était constitué que de 200 sites.

C’est alors qu’Internet connaît sa réelle démocratisation, en passant de 200 à près de 10000 sites à la fin des années 1990, avec l’émergence de nombreuses sociétés comme Yahoo, Amazon ou encore eBay. De même, les navigateurs Internet, Internet Explorer (créé par Microsoft), Opera et Mozilla, ainsi que les moteurs de recherche, Lycos, Altavista et Google voient progressivement le jour au cours de cette décennie et permettent de répondre à l’arrivée massive de toujours plus d’individus souhaitant se connecter au WorldWideWeb. Ainsi, l’explosion de la fréquentation d’Internet au début des années 2000 provoquera notamment une bulle de spéculation boursière autour des entreprises du numérique évoquées précédemment, entrainant par la suite le célèbre Krash boursier de 2001-2002, lié à l’explosion de cette bulle d’Internet.

Depuis, l’évolution d’Internet est restée exponentielle. Si Internet comptait seulement quelques milliers de sites dans les années 90, ce nombre s’élevait à plus d’un milliard en 2014, un chiffre qui continue d’augmenter encore aujourd’hui. Finalement, ce développement d’Internet, aussi bien l’évolution de sa quantité gigantesque que de ses utilisateurs, a révolutionné nos sociétés, en facilitant la communication, le partage, les transactions, les échanges mondiaux et plus globalement, toute notre société. Partout, cet outil a su apporter une révolution dans l’organisation et les différentes cultures de nos sociétés. Ainsi, le Web connaitra-t-il un jour des limites face à cette expansion toujours plus extraordinaire?

Sources : internetsociety.org / history.com / promosoft.fr / britannica.com