Comment construire le système éducatif de demain?

Partager ce sujet →

Comment améliorer notre système scolaire pour l'adapter à nos futures sociétés? / Photo par @thisisengineering

L’éducation est un pilier central de notre monde, c’est un fait. D’après la directrice de l’UNESCO, Audrey Azoulay, celle-ci serait même le seul et unique atout d’un pays pour construire un monde plus résilient et durable au long terme. En réalité, bien que celle-ci se fasse au cours de toute notre vie, à travers nos lectures, nos expériences et nos discussions, il y a pourtant une institution majeure que chacun fréquentera dans sa vie : l’Éducation nationale. En France, une personne passera en moyenne près de 14 000 heures à l’école, donnant ainsi au système éducatif un rôle prépondérant dans notre pays. Évidemment, celle-ci se veut essentielle ; les pays ayant un système scolaire défaillant sont généralement ceux où le nombre d’enfants illettrés et ne sachant pas maîtriser les calculs de base est le plus élevé. Néanmoins, l’école doit aujourd’hui s’adapter à une époque où nos sociétés sont de plus en plus complexes et connectées, où les élèves ne sont plus les mêmes qu’il y a plusieurs dizaines d’années et où le système scolaire n’est plus l’une des rares sources d’enseignement, Internet ayant pris les devants. Ainsi, voici quelques points qui pourraient faire de l’école de demain une école plus efficace et réellement tournée vers les enjeux du futur.

Un enseignement plus efficace

Concernant l’efficacité de l’apprentissage à l’école, certains points seront évidemment à optimiser, changer, voire supprimer pour répondre aux besoins des générations futures, aux attentes et besoins différents de celles d’il y a plusieurs décennies, destinées à un monde nouveau ayant également changé.

Premièrement, l’un des premiers changements qui pourraient arriver dans notre système éducatif serait d’inculquer des cours plus créatifs, où les informations apprises auraient un but concret pour l’avenir des étudiants, qui serait par ailleurs explicitement évoqué. Josefino Rivera, un éducateur TED argentin déclare notamment — “L’éducation ne consistera pas seulement à recueillir des informations et à les partager en retour, mais aussi à déterminer ce qu’il faut faire de ces informations dans le monde réel”. En effet, les métiers de demain auront changé et ne nécessiteront plus simplement d’avoir un éventail de connaissances apprises par cœur, mais d’utiliser ces même connaissances pour les appliquer concrètement et directement dans la vie active.

Par ailleurs, toujours dans l’objectif d’améliorer l’efficacité de l’apprentissage, l’émergence du numérique dans le système scolaire semble évidente. En effet, avec les progrès technologiques actuels et futurs, il sera par la suite possible d’avoir accès à plusieurs outils révolutionnaires, qui changeront radicalement notre vision actuelle de l’apprentissage ; réalité virtuelle, simulateurs, tablettes numériques ou encore robotisation, l’optimal serait de développer une école, parfois aux allures de mackerspace, plus connectée et plus ludique, où chacun pourrait manipuler, comprendre et utiliser ses connaissances en se passionnant à divers sujets grâce aux nouvelles technologies, rendant le tout plus immersif, amusant et logiquement, plus simple à apprendre. De même, l’émergence des intelligences artificielles pourrait, dans un futur plus ou moins proche, apporter une aide personnalisée selon chaque étudiant, ce qui permettrait de créer une école plus juste et plus équitable pour tous, où l’éducation ne serait pas sous une forme unique, mais ciblée selon chaque individu, ses atouts mais aussi ses faiblesses.

Vers les enjeux du monde futur

Évidemment, en raison de son caractère souvent imprévisible, il est impossible de déterminer à quel futur l’école doit s’adapter. Néanmoins, il existe plusieurs points sur lesquelles celle-ci peut déjà s’appuyer. En effet, si le très connu constat “85% des emplois de 2030 n’existent pas encore” est à nuancer, il n’empêche qu’il révèle à lui seul à quel point notre société change et changera dans les années qui vont suivre, notamment avec l’émergence de l’intelligence artificielle, de la robotique et plus globalement des domaines du numérique. Ainsi, l’école doit s’y adapter, au risque de ne pas être en cohérence avec le monde et les métiers de son époque.

En effet, l’école est aujourd’hui construite sur le modèle post-industrielle de notre histoire ; celle-ci inculque la même éducation pour tous, en prônant généralement la stabilité d’un emploi à long terme, la nécessité de faire des études supérieures et d’avoir un diplôme pour réussir économiquement et socialement. Or, si cela était tout à fait valable il y a encore quelques dizaines d’années, où les exemples de réussite sans avoir été à l’université ou dans une grande école étaient encore en marge, ce n’est en revanche plus le cas aujourd’hui. Dans notre monde de plus en plus complexe, instable et connecté, ne pas avoir de diplôme n’empêche plus la réussite professionnelle. De même, l’obtention d’un diplôme ne rime plus forcément avec l’obtention d’un travail prospère et stable à long terme. Ainsi, si l’école se veut être étroitement liée à notre société, il faut pourtant admettre qu’elle a évolué bien moins vite que celle-ci, Internet ayant révolutionné notre façon de voir et concevoir le monde.

Par conséquent, l’école d’aujourd’hui et de demain n’est plus et ne sera plus la seule source majeure d’apprentissage, de par l’émergence et l’omniprésence d’Internet autour de nous. Aujourd’hui, n’importe quelle information peut être trouvée facilement en quelques instants sur Internet, pour peu que l’on sache faire attention aux fausses informations. Ainsi, dans ce contexte de changement de rôle, l’école pourrait sûrement s’orienter vers des cours plus centrés sur d’autres sujets et concepts, souvent plus relatifs à la vie en elle-même, souvent tout autant voire plus importants que les matières déjà enseignées.

Sources : ted.com / weforum.org