QAnon : Quand une théorie secoue le monde

Partager ce sujet →

Si vous avez été présent sur Internet ces derniers mois, il est possible que vous ayez déjà été en contact avec les idées du QAnon, que ce soit directement ou indirectement. En effet, ce mouvement prend de l’ampleur sur le web, les réseaux sociaux et partout sur Terre en diffusant leurs théories du complot, visant principalement les différents États du monde. Comptant aujourd’hui des millions d’adeptes, cette communauté croit et entend combattre le Deep State, à savoir un ordre mondial crée et dirigé par les gouvernements, les grandes fortunes et les célébrités pour contrôler la population et détruire le monde en silence. Bien évidemment, aucune de ces théories n’a été prouvée à ce jour, et QAnon semble répandre la désinformation et le doute bien plus qu’il ne répond à certaines questions de notre société. Mais alors qui est QAnon, quels sont ses objectifs, pourquoi ce mouvement fonctionne-t-il et finalement, pouvons-nous réellement parler de menace globale pour la sécurité du monde?

Qui est QAnon, ou plutôt qui sont-ils?

Pour comprendre en quoi consiste QAnon et quel est son objectif, il faut d’abord comprendre comment ce mouvement complotiste est créé. Tout commence le 27 octobre 2017, lorsqu’un certain internaute nommé “Q Clearance Patriot” du forum controversé 4Chan publie un message, intitulé “The calm before the storm” – en français le calme avant la tempête – en référence à une phrase énoncée par le président américain Donald Trump lors d’une de ses conférences. Dans celui-ci, cet utilisateur anonyme affirme qu’il serait un haut fonctionnaire des États-Unis et qu’il détiendrait des informations tenues secrètes par le gouvernement américain.

Depuis ces trois dernières années, QAnon a vu le nombre de ses adhérents exploser, principalement partisans de l’extrême droite américaine et de l’administration Trump, ceux-ci sont subitement passé d’un groupe virtuel à une communauté bien présente dans la vie réelle, notamment lors des meetings de la campagne présidentielle de Donald Trump, mais également partout dans le monde lors de manifestations, lors de rassemblements anti-masques en Europe notamment. Mais alors, à quoi croient-ils concrètement? En réalité, à plus ou moins toutes les théories du complot modernes. Des attentats du 11 septembre 2001 soi-disant orchestrés par l’État américain, l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, les aliens et la Zone 51, jusqu’à plus récemment la crise sanitaire de 2020, les masques et les vaccins, rien ne semble échapper aux principes du QAnon. Si bien que d’un membre à un autre, les croyances peuvent différent.

Pourtant, tous s’accordent sur un point, le Deep State. Ce concept, encore une théorie du complot, voudrait que le monde soit contrôlé par les politiques démocrates, les puissants hommes d’affaires et les célébrités, responsables de plusieurs catastrophes sur Terre, comme le soi-disant kidnapping d’enfants, et contrôlant le monde en dissimulant la “vérité”. Pourtant, l’administration Trump semble lutter contre ce Deep State d’après le QAnon. Si cela peut sembler irrationnel, il faut pourtant admettre que Trump n’a jamais démenti publiquement les théories du complot du QAnon, même lorsqu’on lui pose la question. Évidemment, rien de tout ce qu’affirme cette communauté n’est prouvé, et repose essentiellement sur de la manipulation mentale pour persuader, caractéristique de ce genre de théories.

Pourquoi QAnon fonctionne?

Si ces théories peuvent sembler irrationnelles, il faut pourtant admettre qu’elles ont su rassembler des millions d’individus, que ce soit aux États-Unis et partout dans le monde, tous étant partisans du QAnon. Mais alors, comment cette théorie du complot a-t-elle réussi à persuader autant de personnes?
 
Pour savoir pourquoi QAnon fonctionne autant, il faut d’abord comprendre la manipulation mentale qui se cache derrière les théories du complot. Dans la plupart des cas, celles-ci jouent sur la faculté naturelle de l’homme pour chercher des réponses autour de lui, de plus dans notre monde devenant chaque jour de plus en plus complexe ; QAnon n’échappe pas à la règle, mais cette fois-ci, tout semble être différent. En effet, cette théorie a su utiliser les codes de l’algorithme des réseaux sociaux à son avantage pendant les derniers mois, notamment avec son hashtag, #SaveTheChildren, pour lutter contre le kidnapping d’enfants. Une cause à priori noble, que de nombreuses personnes ont logiquement partagé, mais en réalité considéré comme un leurre vers des recommandations de contenu plus complotiste. Ainsi, QAnon a su prendre les réseaux à son avantage pour pouvoir se diffuser et persuader plus facilement un public très varié, habituellement très éloigné des idées complotistes.
 
De plus, si les théories habituelles déjà présentes dans le monde restent assez restreintes et limitées à de petits groupes complotistes, QAnon a su se développer massivement partout dans le monde dans les derniers mois, principalement en profitant de la pandémie du coronavirus et de la crise économique, sociale et sanitaire engendrée pour répandre ses idées. En effet, alors que de nombreux individus cherchent des réponses quant à cette situation inhabituelle, notamment sur les réseaux sociaux et Internet lors du confinement, QAnon est souvent vu comme une entité apportant enfin cette vérité tant recherchée, qui plus est difficilement réfutable en raison de son caractère. Pourtant, QAnon semble semer le doute et la désinformation bien plus qu’apporter de réelles conclusions quant à notre société.
 

Quels en sont les enjeux?

QAnon rassemble maintenant de plus en plus d’individus autour de ses théories, c’est un fait. Pourtant, pouvons-nous parler de menace pour la sécurité globale du monde? La question est aujourd’hui complexe à aborder, mais des indicateurs montrent qu’il y aurait tout de même un certain risque pour la société.

En effet, des théories du complot, il en existe depuis des siècles, sans pour autant que celles-ci aient forcément un impact global sur notre société. Pourtant, celle du QAnon semble différent des autres théories, dans le sens où elle a su se propager à plus de personne qu’un groupe complotiste très fermé, comme c’est habituellement le cas. On parle désormais de plusieurs millions d’adeptes, de simples individus à certains membres du gouvernement américain. Ainsi, le FBI a notamment décidé en 2019 de classer QAnon comme l’une des théories du complot étant l’une des plus grandes menaces pour la sécurité intérieure des États-Unis, énonçant le risque réel d’attentat et de violence de la part des partisans de cette théorie. Dans un article pour The New York Times, Charlie Warzel affirme notamment :

— “La popularité croissante du mouvement est alarmante et souvent déroutante. Certains l’ont comparé à une religion naissante”

Que QAnon continue de se propager ou non, notamment sous la présidence du démocrate Joe Biden aux États-Unis, celui-ci aura pourtant déjà montrer les effets, parfois néfastes, d’Internet. Surtout lorsque de la désinformation ciblée parvient à manipuler une assez grande partie de la population.