Z Event : Un Évènement Caritatif Atypique

Partager ce sujet →

Adrien Nougaret, aussi surnommé Zerator, est l'organisateur de cet évènement caritatif. / Photo via @zeventfr

Plus de 5,7 millions d’euros. C’est la somme faramineuse qu’Adrien Nougaret a récoltée aux côtés de ses confrères streamers pour l’association Amnesty International le 18 octobre dernier. Pour sa 5ᵉ édition, le Z event a permis de montrer qu’une fois encore, le monde du jeu vidéo est capable de réaliser des miracles lorsqu’il s’agit de faire respecter les droits de l’homme. Mais quel est l’objectif du Z event et comment y parvient-il ? TheCuriosity vous éclaire sur le sujet.

Twitch, le diffuseur du Z Event

Comme chaque année, c’est Twitch qui aura l’honneur de diffuser l’événement pendant plus de 50 heures d’affilée. Plateforme de diffusion en direct, la firme américaine aujourd’hui possédée par le géant Amazon s’est imposée comme la référence en matière de streaming. Twitch propose un panel de choix divers et variés. En passant par du jeu vidéo, des contenus musicaux, ou une simple conversation avec son streamer (personne diffusant du contenu en direct) préféré, tout le monde peut y trouver son bonheur. Les spectateurs peuvent interagir avec le streamer par le biais d’un chat (messagerie instantanée), et peuvent également le soutenir financièrement grâce à des dons, ou en souscrivant à un abonnement plus ou moins onéreux. Chaque mois, c’est plus de 35 millions de visiteurs uniques dans le monde qui se rendent sur la plateforme.

Organisation et déroulement du Z Event

Vendredi 16 octobre, 18 h, le coup d’envoi est lancé. Pendant plus d’un week-end entier, les viewers (spectateurs) vont alors assister à un véritable marathon de jeux vidéo. Parmi les 41 streamers présents lors du Z event, on retrouvera par exemple le très célèbre Squeezie, Gotaga, ou encore Sardoche.

Chaque streamer proposera alors un contenu en direct sur leur chaîne Twitch, souvent en rapport avec le thème du jeu vidéo. La crise sanitaire de 2020 n’ayant pas épargné l’événement français, les consignes sanitaires furent appliquées dans leur intégralité. Port du masque, distanciation, lavage des mains, tout fut mis en œuvre pour éviter tout risque de contagion. De plus, chaque streamer devait être muni d’un test PCR négatif datant de moins de 24 h pour pouvoir entrer, l’événement se déroulant dans un hôtel. Certains streamers souhaitant préserver leur entourage, décidèrent d’assurer leur participation au Z event en distanciel, comme ce fut le cas avec Squeezie ou encore Gotaga. On notera également la présence de Samuel Étienne. Ami du streamer Etoiles, le présentateur de Questions pour un champion apprécie fortement Twitch, il songerait même à se créer sa propre chaîne.

Faire un don pour le Z Event

Le Z event reste bien entendu un événement caritatif, et les dons reversés aux différents streamers ne leur sont pas adressés. Le Z event choisit à chaque nouvelle édition une association caritative, qu’il représentera lors de l’événement et où tous les dons et revenus leur seront reversés. Du 16 au 18 octobre les spectateurs pourront faire un don, ou encore acheter des t-shirts ou masques sur la boutique du site.

Entre record et contestation

Cette année, 5,7 millions d’euros ont été récoltés pour Amnesty International, battant le propre record de l’an dernier, qui était de 3,5 millions d’euros au profit de l’Institut Pasteur. Le Z event est à l’heure actuelle l’événement caritatif ayant récolté le plus d’argent sur Twitch. Au total, c’est plus de 10 millions d’euros qui auront été donné au cours des 5 éditions du Z event. L’association choisie par le Z event pour cette édition, Amnesty International, fut par certains contestée, qui la compare à une multinationale cherchant en permanence le rendement.

En bref, de nombreux habituels donateurs des anciennes éditions du Z event se seraient abstenus cette année. Au cours de ces 5 dernières années, le Z event a contribué de multiples manières à faire respecter les droits de l’homme. Sur le site officiel, ils indiquent que les dons ont permis, entre autres, à la dépénalisation de l’homosexualité en Inde, à l’abolition de la peine de mort au Burkina Faso et dans l’État de Washington, ou encore à l’abrogation d’un article dans la constitution irlandaise qui interdisait l’avortement.