Les élections américaines, expliquées

Partager ce sujet →

Les deux principaux candidats aux élections, Biden (à gauche) et Trump (à droite)

À près d’une semaine de l’élection présidentielle américaine, ayant lieu le 3 novembre prochain, le suspense est à son maximum dans le pays quant à qui sera le futur président des États-Unis, les deux principaux candidats, le démocrate Joe Biden et le républicain Donald Trump, ayant tout deux des idées très opposées. Cette élection aura été mouvementée, du moins bien plus que les années précédentes : en cause, une situation économique, sociale et écologique jamais vu auparavant sur le sol américain. Ainsi, tout semble montrer que l’issue de cette élection déterminera l’avenir de cette situation non seulement aux États-Unis, mais aussi dans le reste du monde.

Une campagne mouvementée

Alors qu’une campagne présidentielle est habituellement source d’agitation entre démocrates et républicains, l’élection américaine de 2020 aura été nettement plus marquante sur de nombreux points. En effet, les dernières années ont offert aux États-Unis des situations très particulières de d’habitude : une situation climatique urgente responsable de terribles feux de forêts en Californie, de nouvelles tensions et enjeux géopolitiques avec l’international, des manifestations de plus en plus violentes dénonçant le système racial dans le pays et bien évidemment, une pandémie ayant secoué l’Amérique, sa population comme son économie, comme jamais auparavant. Ainsi, il semble que l’avenir de ses situations repose sur ce nouveau mandat présidentiel de 2020.

Une élection, deux visions

Trump : Économie, Immigration & "America First"

Si Donald Trump gouverne la présidence américaine depuis quatre ans, et a déjà pu mettre en place de nombreux aspects de son programme depuis 2016, tout semble montrer qu’il souhaite continuer dans cette vision, voire en faire davantage, pour 2020.

Sur le plan économique, Trump préconise le principe “America First”, en français “L’Amérique d’abord“, déjà en place depuis 2016. Ainsi, l’un des objectifs du président américain lors des quatre dernières années était de faire pression pour ramener l’emploi et l’industrie manufacturière aux États-Unis, tout en apportant d’énormes réductions d’impôts pour les travailleurs américains, mais aussi en abaissant le taux d’imposition des sociétés. Sur certains de ces points, il a tenu ses promesses. En effet, depuis janvier 2017, les États-Unis ont créé plus de 480 000 emplois dans le secteur manufacturier, bien que les analystes affirment que la croissance de ce secteur ralentit et que les politiques de Trump n’ont pas réellement permis de régler les problèmes en jeu, d’autant plus lors de la gestion de la crise due au coronavirus, qui lui est par ailleurs souvent reprochée par ses détracteurs.

Sur le plan international, cette vision “America First” est également au cœur des relations diplomatiques avec l’étranger. En effet, Trump a déjà retiré les États-Unis de certains accords multilatéraux, comme ceux de Paris sur le climat, et de certaines organisations, comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le républicain souhaite également “réaffirmer la souveraineté américaine et le droit de toutes les nations à déterminer leur propre avenir”, notamment en promettant de réduire les effectifs des troupes américaines à l’étranger – qui sont actuellement à peu près au même niveau que lorsqu’il a pris ses fonctions – en particulier dans des endroits comme l’Allemagne et l’Afghanistan. Par ailleurs, les critiques ont dit qu’il a créé des tensions avec des alliés historiquement proches des États-Unis tout en tendant la main à des adversaires comme la Corée du Nord et la Russie.

De plus, l’un des objectifs majeurs du républicain a été depuis 2016, et pourrait être pour 2020, de limiter considérablement l’immigration, notamment en continuant la construction du mur entre le Mexique et les États-Unis, dont près des deux tiers ont déjà reçu un financement, et de supprimer la loterie des visas et l’immigration par liens familiaux, pour se tourner vers un système se basant, selon Trump, sur plus de “mérite”.

Biden : Égalité, Climat & "Build Back Better"

Si le programme de Trump repose principalement sur l’amplification de ce qui est déjà en place depuis quatre ans, la vision de Joe Biden se voit être particulièrement différente, notamment de par des idées souvent considérées comme plus progressistes.

Sur le plan économique, Biden souhaite à travers son plan “Build Back Better”, notamment pour faire face à la crise économique due au coronavirus, accorder des prêts aux petites entreprises et augmenter les paiements directs aux familles. On compte parmi les propositions de Biden, 200 dollars supplémentaires par mois pour les paiements de la sécurité sociale, l’annulation des réductions d’impôts de l’ère du Trump et la remise de 10 000 dollars de prêts fédéraux pour les étudiants. De plus, l’augmentation du salaire minimum fédéral à 15 dollars de l’heure (soit 12,5 euros) semble être au cœur de son programme, de même qu’un investissement de 2 milliards de dollars dans l’énergie verte, le démocrate arguant que la promotion de l’industrie verte aiderait les travailleurs syndiqués de la classe ouvrière. Biden promet également 400 milliards de dollars de fonds fédéraux pour acheter des produits américains, ainsi qu’un engagement plus large d’appliquer les lois “Buy American”, pour les nouveaux projets de transport. Évidemment, Biden a déjà été critiqué pour son soutien à l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui, selon ses détracteurs, a permis de perdre de nombreux emplois.

Globalement, l’ancien vice-président se penche sur une Amérique qui serait, selon lui, plus égalitaire. Cela passe notamment par le biais de vastes programmes économiques et sociaux visant à soutenir les minorités, en réponse aux mouvements sociaux ayant bousculé le pays depuis mai dernier, mais aussi par une éducation supérieure rendue plus accessible, l’abolition des restrictions migratoires de l’ère Trump et une continuité d’Obamacare, pour un système de santé économiquement possible pour tous. De plus, Biden souhaiterait l’abolition la peine de mort dans le pays de même que la décriminalisation du cannabis récréatif.

Par rapport à la pandémie du coronavirus qui sévit dans le pays depuis mars dernier, Biden souhaite avoir une approche différente de son homologue républicain, qu’il n’hésite pas à critiquer. Notamment en développant le système des tests gratuits pour tous.

Un choix d'envergure mondiale

Ainsi, la politique de Trump vise en premier lieu à principalement développer l’économie et les standards de vie américains, quitte à négliger ses alliés économiques et historiques mondiaux, ainsi que d’autres facteurs tels que la situation écologique urgente, Biden se voit quant à lui plus progressiste sur certains sujets, comme le climat, la santé accessible à tous et l’égalité entre chacun, quitte à négliger certains aspects de l’économie américaine.

Si les élections américaines peuvent sembler lointaines, le résultat de celles-ci impactera pourtant le futur du monde entier. Si les sondages poussent aujourd’hui à croire que Biden pourrait être élu, il ne faut pas pour autant s’y fier entièrement. Ainsi, les enjeux restent très importants, puisque la position économique, politique et social que prendront les États-Unis après l’élection impactera inévitablement le reste de la planète.

source : cnbc.com / bbc.com