Pourquoi vous êtes plus bactérien qu’humain.

Partager ce sujet →

Bacillus Coagulus, une bactérie présente dans le système digestif humain. / Photo microscopique via le Département de la santé et des services sociaux des États-Unis.

Avez-vous déjà entendu parler du microbiote? Cet ensemble d’organismes vivants sur ou dans votre corps. Parmi-eux, des bactéries, des organismes uni-cellulaires ainsi que des champignons et virus non-vivants. Pourtant, si ces appellations sont très négativement connotées, il n’en est rien pour cet ensemble. Au contraire, celle-ci sont essentielles pour le bon fonctionnement de l’organisme. Si le microbiote possède un rôle si important, le négliger peut avoir de sévères conséquences sur le corps et le mental d’un individu. Mais alors, comment le microbiote agit, quel est son rôle dans l’organisme et quels sont les enjeux encourus lorsqu’on le néglige?

Qu'est-ce que le microbiote?

Comme énoncé précédemment, le microbiote humain est composé de l’ensemble des organismes vivants sur ou à l’intérieur du corps humain. Les premières preuves scientifiques de celui-ci remontent aux années 1880, lorsqu’un certain pédiatre autrichien, du nom de Theodor Escherich, observa un type de bactéries (plus tard nommé Escherichia coli) dans la flore intestinale d’enfants en bonne santé et d’enfants atteints de maladies touchant le système digestif. Depuis cette découverte majeure, les scientifiques ont découvert un grand nombre d’autres microorganismes du corps humain, dont en 1898 l’espèce Veillonella parvula, une bactérie membre de la flore orale, digestive, urinaire et respiratoire, ou bien en 1900 lors de la découverte des bifidobactéries, nécessaire au bon équilibre de la flore intestinale.

Bien qu’il existe entre 900 et 1000 espèces différentes de ces micro-organismes dans le corps humain, on sait désormais, grâce aux progrès scientifiques de notre époque, que les bactéries sont de loin les membres les plus nombreux du microbiote humain. En effet, la population bactérienne à elle seule est une grande majorité des 40 000 milliards d’organismes du microbiote, tandis qu’en comparaison, le corps humain tout entier est constitué d’environ 30 000 milliards de cellules corporelles. Autrement dit, vous êtes plus bactérien qu’humain.

Cependant, si l’on peut d’abord croire, à tord, que les bactéries, les virus et champignons sont tous mauvais pour notre santé, les exemples cités précédemment démontrent le contraire. En réalité, la plupart d’entre-eux sont même essentiels au bon fonctionnement du corps, voire à sa survie, et jouent de ce fait, un rôle majeur pour notre santé.

Quel est son rôle?

En raison du nombre conséquent de ces cellules étrangères, la microbiote joue un rôle majeur, si ce n’est essentiel, dans la santé des êtres humains. Pourtant, l’utilité de ces organismes n’est pas universelle, puisque ces organismes ne se trouvent pas au même endroit. En effet, on les trouve :

  • Sur la peau : c’est le microbiote cutané. Il se nourrit de sébum et de cellules mortes.
  • Dans la bouche : c’est le microbiote bucco-dentaire.
  • Dans les voies respiratoires : c’est le microbiote pulmonaire.
  • Au niveaux des organes génitaux : notamment le microbiote vaginal.
  • Dans le tube digestif : c’est le microbiote intestinal. Celui-ci figure parmi les plus importants, puisqu’il accueille la grande majorité de tous les organismes du microbiote humain, pour un poids total de ces individus allant de 1 à 2kg chez l’adulte. Le microbiote intestinal joue un rôle majeur dans le bien-être de son hôte, notamment en l’aidant à digérer les aliments non-digestibles autrement, fabriquer des vitamines, digérer les fibres, réguler la prise de masse et les diabètes, mais aussi jouer un rôle dans le système immunitaire, en prévenant l’organisme d’autres espèces, appelées pathogènes, mauvaises pour le corps.

Quels en sont les enjeux?

Si le microbiote joue un rôle important dans la santé des individus, il est alors nécessaire que celui-ci soit préservé. En effet, lorsqu’un microbiote n’est pas entretenu, son hôte a plus de chances d’avoir des problèmes cardio-vasculaires, un système immunitaire plus faible, voire un plus haut risque d’obésité et de diabète.

Concernant la microbiote intestinale, on sait désormais qu’une mauvaise alimentation l’affecte particulièrement. Notamment lorsque celle-ci est construite sur la consommation en excès de produits ultra-transformés, devenus très facilement accessibles aujourd’hui. À l’échelle individuelle, cette nouvelle façon de consommer peut ainsi entrainer une prise de poids conséquente. À l’échelle de la société, ce rapport entre la consommation de produits transformés venus de l’industriel et la microbiote expliquerait en partie pourquoi l’obésité est devenue plus commune dans le monde.

De plus, de nombreuses études récentes poussent à croire que l’intestin communiquerait directement avec le cerveau, et serait à lui seul une source gigantesque de neurones. Ce qui expliquerait pourquoi une mauvaise alimentation pousserait, au long terme, à favoriser les problèmes émotionnels comme l’anxiété ou la dépression.

Ainsi, pour éviter ce déséquilibre bactérien dans notre intestin, il est nécessaire d’avoir une bonne alimentation : une grande variété d’aliments à haute teneur en fibres et fermentés favorise un microbiote sain. La prise d’aliments prébiotiques, favorisant l’installation de bonne bactérie, et la limitation des antibiotiques, détruisant les mauvaises mais aussi les bonnes bactéries, peuvent également être bénéfiques pour la santé.

Sources : universalis.fr / britannica.com / futura-sciences.com