À quoi ressembleront les villes de demain?

Partager ce sujet →

Comment imaginer nos villes du futur? / Photo par @ScottWebb

À quoi ressembleront les villes du futur? Est-ce que, dans 20, 30 ou 40 ans, nos rues seront remplies de voitures volantes et de robots tandis que les immeubles seront recouverts de verdure? Ou bien est-ce que le futur sera bien moins utopique qu’on ne le pense, avec des villes inhabitables à cause des activités humaines qui auraient causé une pollution insurmontable? Il est impossible de donner une réponse universelle à cette question, d’autant plus que chaque ville est différente. Cependant, de nombreuses pistes de recherches montrent que deux aspects sont probables pour nos villes du futur, l’hyperconnection et la greenification.

Hyperconnection & villes intelligentes

Au fur et à mesure que nous avançons dans le temps et que la technologie devient de plus en plus avancée, la majorité des grandes métropoles d’aujourd’hui deviendront des “villes intelligentes”. Une ville intelligente utilise l’internet des objets (IdO), des données et de la technologie pour rationaliser les services afin de rendre une ville plus connectée, plus efficace, plus gérable et plus rentable. Les villes intelligentes favorisent l’innovation, ont des habitants connectés, optimisent la gouvernance et font un meilleur usage des ressources précieuses. Globalement, ces villes sont créées pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Ces nouvelles villes intelligentes contiennent des critères pour être réellement considérées comme telle :
 
Le haut débit sans fil (4G ou 5G) et en fibre optique pour permettre la connectivité, ainsi que des services de Clouds en ligne pour surveiller, maintenir, mettre à jour et stocker les données. Ces Clouds permettent de stocker des données vitales en externe, tout en garantissant une certaine facilité d’accès ; empêchant ainsi certaines pannes de système  dévastatrices tout en garantissant la possibilité de faciliter une reprise rapide après un éventuel problème.
 

La sécurité est également la clé d’une ville intelligente. Comme les villes intelligentes ont la capacité de surveiller et de déployer des services fondamentaux des espaces urbains, tels que les transports publics, les services d’utilité publique et bien plus, il est vital qu’elles ne soient pas vulnérables à une violation physique ou virtuelle, à la manière du jeu vidéo Watch Dogs, où les développeurs d’Ubisoft plongent le joueur dans une ville intelligente où il peut prendre le contrôle des différents équipements numérique, des téléphones des inconnus aux systèmes des feux tricolores de la route. Le Cloud et les nouvelles mesures de sécurité, telles que la chaîne de blocage, contribuent à rendre les villes intelligentes moins vulnérables aux cyberattaques.

Enfin, la gestion centralisée est essentielle. Grâce à l’intelligence artificielle et au Machine Learning, les villes intelligentes peuvent être surveillées localement ou à distance, afin de garantir un déploiement de services efficaces et sans failles. Grâce à la technologie, les erreurs peuvent être rapidement identifiées et corrigées avant qu’elles ne deviennent des problèmes majeurs, la reprise après sinistre devient une question de moments plutôt que de jours, et l’utilisation des services publics peut être surveillée et optimisée afin de réduire les coûts et l’empreinte carbone.

Greenification

En effet, le terme anglais de greenification correspond non seulement au fait d’ajouter plus de végétaux au sein des villes, que ce soit dans des espaces publics ou résidentiels, mais plus globalement, d’agir écologiquement en société. Les experts en durabilité pensent que des villes neutres en carbone, avec des véhicules électriques et des programmes de partage de vélos, ainsi qu’une qualité de l’air dans les villes nettement améliorée est probable.

Les visions de villes entières plus vertes incluent souvent des gratte-ciels où les espaces de vie et de bureaux se disputent avec des serres flottantes, des potagers et des toits verts. L’urbanisation croissante due à l’augmentation de la population mondiale pourrait ainsi s’avérer être moins polluante grâce à cette alternative, puisque ainsi, cette idée de greenification pourrait (en partie) remédier aux problèmes écologiques actuels.

Sources : bbc.com / futurism.com / cio.com