L’Inde et le Pakistan : l’histoire d’un conflit

Partager ce sujet →

Temple Sikh à Amritsar, la deuxième ville du Pendjab Indien, Août 2018.

L’Inde et le Pakistan sont des pays d’Asie du Sud et appartenaient autrefois à la Couronne britannique sous l’appellation d’un seul et même terme : le Raj Britanniques. Cependant, la décolonisation ayant eu lieu après la Seconde Guerre Mondiale a entrainé l’indépendance de L’Inde et du Pakistan, ainsi qu’une terrible tension politique, militaire et religieuse qui perdure toujours aujourd’hui, d’autant plus que les deux nations sont dotées de l’arme nucléaire. Alors, comment cette haine entre les deux pays s’est-elle mise en place et quels enjeux cette situation provoque-t-elle?

Début des tensions

Si les deux pays étaient autrefois unis sous un seul et même territoire, celui des Indes Britanniques, c’est en 1947, lorsque la colonie obtient son indépendance du Royaume-Uni, que les tensions entre le Pakistan et l’Inde commencent à émerger. À cette période-là, le territoire britannique est divisé en 3 : l’Inde, le Pakistan occidental et le Pakistan oriental (qui deviendra par la suite le Bangladesh). Cette division territoriale est en majorité due à la décision prise par le Royaume-Uni de séparer les populations musulmanes (au Pakistan) et hindouistes (en Inde) de l’ancienne colonie. Ainsi, environ 17 millions de personnes ont fui leur foyer et se sont rendues soit au Pakistan soit en Inde. Dans l’un des plus grands mouvements de populations de l’histoire, une terrible violence a rapidement éclaté avec les musulmans d’un côté et les sikhs et les hindous de l’autre. Ces affrontements massifs interreligieux dans les régions du Pendjab et du Bengale occidental ont fait plus d’un million de morts.

S’ajoute à cela la question des 562 États indépendants ou “princiers” que les britanniques avaient laissé derrière eux après l’indépendance. L’entente était alors que chaque État pouvait rester indépendant, rejoindre le Pakistan ou adhérer à l’Inde. Une violente compétition entre les deux pays éclata, les deux nouvelles nations cherchant à gagner les États les plus grands et les plus stratégiquement situés, tels que Hyderabad et le Cachemire, au Nord du territoire. Le Cachemire étant musulman à plus de 70 %, le Pakistan a alors insisté pour qu’un vote soit organisé dans l’État. Cependant, l’Inde a immédiatement contesté cette décision puisque le maharadjah du Cachemire était hindou, il avait soi-disant le droit de faire entrer l’État en Inde. Ainsi, alors même que l’indépendance était célébrée, l’Inde et le Pakistan ont commencé une guerre secrète au Cachemire et la lutte pour cet état se poursuit encore aujourd’hui.

Quels enjeux aujourd'hui?

De nos jours, plus de 70 ans après l’indépendance des deux pays, l’affrontement pour le Cachemire se poursuit toujours. Les enjeux sont d’autant plus importants puisque le Pakistan et l’Inde se sont tous deux, pendant la seconde moitié du XXe siècle, dotés de l’arme nucléaire. En effet, 3 guerres entre les deux pays ont alors éclaté depuis 1947 ; heureusement, l’arme nucléaire ne fut jamais utilisée directement contre l’opposant, mais plutôt comme moyen de défense, comme l’affirmait notamment le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif en 1998 : “Aujourd’hui, nous avons égalisé le score avec l’Inde […] Je voudrais à nouveau assurer à tous les pays que nos systèmes d’armes nucléaires ne sont destinés qu’à l’autodéfense […] “. Cependant, l’arme nucléaire se dresse avant tout comme un moyen de faire pression sur le pays adverse, à la manière de l’opposition nucléaire entre les États-Unis et l’URSS pendant la Guerre Froide.

Depuis cet équipement en nucléaire, les relations diplomatiques entre les deux pays se sont heureusement améliorées, avec le renouement des relations culturelles et économiques entre les deux nations, notamment avec la diplomatie du “cricket”, ayant pour but de rassembler les deux peuples, partageant la même culture et la même histoire, autour d’un sport autrefois importé par les britanniques. Pourtant, de nombreuses escalades de tensions entre les deux pays ont eu et ont toujours lieu, empêchant ponctuellement cette amélioration des relations. C’est notamment le cas en décembre 2001 avec l’attaque du parlement indien à New Delhi par deux groupes terroristes pakistanais, Lashkar-e-Toiba et Jaish-e-Mohammed ; entrainant 7 morts pendant l’acte, celui-ci a, en réalité, causé plus d’une centaine de tués lors de l’escalade des tensions qui suivit près de la frontière. Aujourd’hui, cette frontière entre l’Inde et le Pakistan est l’une des plus gardées et dangereuses du monde, de même que la région du Cachemire, résultant de cette haine interreligieuse et territoriale, qui continue de perdurer aujourd’hui, de même que cette menace d’un conflit nucléaire d’envergure internationale.

Sources : asiasociety.org / clearias.com