Les secrets de la civilisation Maya

Partager ce sujet →

Quels sont les secrets derrière la civilisation Maya?

De même que les incas en Amérique du Sud ou les aztèques au Nord du Mexique, la civilisation maya, pour sa part principalement située au Sud de l’actuel Mexique, a sûrement été l’une des plus fascinantes sociétés de l’histoire de notre monde ; que ce soit pour leur conception de la religion et de la cosmologie, l’organisation de leur communauté en avance sur le reste du monde ou bien leur mystérieuse disparition, toujours aujourd’hui au cœur de nombreuses théories…

Religion, cosmologie & astrologie

Les mayas croyaient principalement en la récurrence des cycles de la création et de la destruction. Chaque cycle durait approximativement 5200 ans. Le dernier cycle aurait commencé aux alentours de 3113 ou 3114 avant J.C et aurait pris fin en 2012, ce qui explique par ailleurs l’ampleur de la croyance quant à la fin du monde censée se produire cette année-là.

La civilisation croyait également en une Terre plate et carrée, soit disant représentative d’un dos de crocodile géant reposant dans un bassin rempli de nénuphars. Chacun des quatre angles étant situé à un point cardinal et représenté par une couleur : jaune au sud, blanc au nord, rouge à l’est et noir à l’ouest. Le centre était représenté en vert. Certains pensaient également que ces quatre angles étaient soutenus par des divinités nommées “Bacab“. Parallèlement, d’autres imaginaient que la Terre était soutenu par 4 arbres de couleurs et d’espèces différentes et qu’un ceiba vert se dressait au centre.

Les mayas étaient polythéistes, c’est à dire qu’ils croyaient en différents dieux. Pour eux, il existait à l’origine un unique Couple Créateur, tous les autres dieux seraient alors des rejetons de ce couple. La communauté maya rendait hommage à ces dieux en faisant des sacrifices, soit disant nécessaire à la survie tant des divinités que des humains.

Le ciel était, pour eux, composé de 13 strates, chacune ayant sa propre divinité. Au niveau le plus élevé se trouvait notamment l’oiseau muan. Le monde souterrain, pour sa part, était composé de 9 strates dans lesquelles régnaient neuf seigneurs de la Nuit. Ce souterrain était un endroit froid et inhospitalier auquel étaient destinés la plupart des Mayas après leur mort. De plus, les astres tels que le Soleil, la Lune ou Vénus se dissimulaient chaque soir dans ce monde lorsqu’ils passaient le seuil de l’horizon.

Parallèlement à cela, les mayas étaient en avance sur leur temps en terme d’astrologie. En effet, ceux-ci observaient et étudiaient le ciel grâce à des observatoires et des gnomons leur permettant de tracer les mouvements complexes des différents astres, tels que les planètes, le Soleil et les autres étoiles. Suite à ces observations, les mayas établissaient de savants calculs et dressaient alors de nombreux calendriers pour consigner le mouvement des astres et le passage du temps.

Grace à cette connaissance du ciel, les édifices cérémoniels étaient rigoureusement alignés sur la direction de compas. En effet, au moment des équinoxes du printemps et de l’automne, les rayons du soleil pénétraient par les meurtrières d’un observatoire maya, éclairant ses murailles intérieures.

Temple maya de Tulum, Juillet 2018.

Organisation de la société

La présence de la civilisation maya en Amérique Centrale s’étale sur des milliers d’années, il est donc logique que l’organisation de leur société a considérablement évolué avec le temps.

Si les premiers habitants de la région s’installant dans la péninsule du Yucatán vers -11 000 avant J.C étaient alors des chasseurs-cueilleurs vivant en petits groupes familiaux, l’arrivée de l’agriculture en -2500 a rapidement aboli ce mode de vie nomade. L’écriture ainsi que l’idée d’une société hiérarchisée voient ensuite le jour.

Ainsi, alors que les mayas des vallées des montagnes au Sud de la péninsule commencèrent à se regrouper sous l’autorité d’un chef ou d’un roi, les habitants du Nord, eux, résistèrent d’abord à ce modèle de société, en conservant une organisation tribale qui ne reconnaissait aucun pouvoir au dessus des anciens de leurs confédérations. Cependant, l’apparition de l’ahau, signifiant grand roi, à la fin de la préhistoire, prendra le dessus et la royauté perdurera pendant le prochain millénaire.

Cette nouvelle société est alors complexe et fondée sur une organisation familiale patrilinéaire. Elle est divisée en 6 principales classes : nobles, prêtres, guerriers, artisans, commerçants et agriculteurs (dont des paysans, serviteurs et esclaves). La gouvernance était assurée par des chefs héréditaires qui déléguaient à des chefs locaux leur autorité sur les communautés villageoises. La terre, appartenant à chaque village, était souvent redistribuée par parcelles aux différentes familles en fonction du nombre d’individus.

Répartition de la civilisation maya en Amérique Centrale.

Mystérieux déclin

L’histoire de la civilisation maya se découpe en 3 principales époques : préclassique (de -2000 à 250), classique (de 250 à 900) et post-classique (de 900 à 1500) où l’arrivée des espagnols a finalement détruit la civilisation. Lorsque l’on parle du mystérieux déclin des mayas, on parle très souvent de celui suivant l’époque classique, vers le IXe siècle.

Nombreuses sont les théories autour de cette disparition brutale et massive. L’une des plus grandes est très certainement celle de l’épuisement des terres ainsi que des catastrophes naturelles, qui aurait par la suite entrainé de nombreux autres aspects.

La première se base sur le fait que les mayas auraient tellement sollicité les terres tropicales au point de les épuiser en ressources. En effet, la population atteignant à cette époque les 10 millions d’individus, il fallait bien trouver un moyen de nourrir tout le monde. Cependant, les terres tropicales de la région ne sont pas spécialement fertiles, il en faudrait de ce fait énormément pour nourrir l’ensemble de la population. Alors, les mayas auraient trouvé une solution, faire cramer les arbres aux alentours dans le but de créer des cendres qui fertiliseront ainsi les terres, c’est la culture sur brulis. Cette technique fonctionne alors pendant un certain temps et permet également aux mayas d’utiliser le bois pour alimenter les fours produisant de la chaux, nécessaire à la construction de leurs édifices. Cependant, cette soit-disant solution n’en est pas une. La culture sur brulis entraine alors une énorme déforestation, qui aurait pu causer la fin de la civilisation maya. En effet, il se pourrait que des catastrophes naturelles, telles que des ouragans, inarrêtables puisque les anciens arbres qui réduisaient leur impact n’était plus là ou encore des sécheresses climatique, empêchant la production de nourriture, auraient conduit à cette disparition. Ce problème aurait alors entrainé de la faim, puis une gigantesque famine qui aura très probablement mené à une révolte populaire dans les cités mayas.

Ainsi, la population maya aurait été drastiquement réduite, jusqu’au XVe siècle lorsque les européens débarquèrent en Amérique et massacrèrent d’abord la civilisation aztèque, plus au Nord, puis la population maya. S’ajoute à cela de nombreuses maladies inconnues en Amérique qui ont été emmenées par les colons et qui tuèrent une grande partie des mayas. Ainsi se termina l’histoire de l’une des plus grandes civilisations de l’histoire de notre monde.

Sources : history.com / museedelhistoire.ca / journals.openedition.org