Comment un arbre a failli déclencher une guerre

Partager ce sujet →

Comment un simple arbre a failli déclencher une nouvelle guerre en Corée?

Véritable conséquence de la guerre qui a opposé les deux pays et leurs alliés respectifs pendant la guerre de 1950 à 1953, la frontière séparant la Corée du Nord de la Corée du Sud est sûrement l’une des plus gardées dans le monde aujourd’hui, et rares sont les personnes l’ayant franchi.

L’armistice de 1953, signé dans l’ancien village sud-coréen de Panmunjom, stipule qu’une “zone tampon” de 4km de part et d’autre de la frontière sera créée, aussi nommée zone démilitarisée (Demilitarized Zone). De même, une unique “zone de sécurité commune”, appelée JSA (Joint Security Area), sera établie, surveillée de jour comme de nuit par les deux pays ainsi que les soldats de l’ONU, permettant ainsi les relations inter-coréennes. C’est le seul lieu le long des 250km de frontière où les soldats nord-coréens et sud-coréens sont amenés à être face à face.

Cependant, en raison des fortes tensions entre les deux camps présentes dans ce lieu, un incident éclata le 18 août 1976, alors qu’une période de détente de la Guerre Froide commençait tout juste à disparaitre pour laisser place à de nouvelles tensions à l’échelle de la planète. En effet, les soldats américains et sud-coréens surveillant le pont de non retour (ci-dessous), situé entre la JSA et la Corée du Nord, décidèrent de couper un peuplier leur empêchant d’avoir une vision optimale sur cet unique passage des nord-coréens.

Schéma du pont de non retour, dessiné par Mike Bilbo en 1976. / Source : bbc.com

La mission débute lorsqu’un petit groupe de 15 soldats sud-coréens et américains, dont le capitaine Arthur Bonifas et lieutenant Mark Berett, commence alors à couper les branches de l’arbre en question à la hache. Quand soudainement un autre groupe de militaires nord-coréens, plus nombreux cette fois-ci, dont le lieutenant Pak Chul, arrive pour leur ordonner d’arrêter de couper l’arbre, affirmant que celui-ci aurait été planté et supervisé par le fondateur de la Corée du Nord en personne, Kim Il-Sung. Bonifas ignore alors cette requête et demande à son groupe de continuer le travail, entrainant la colère des nord-coréens. Ceux-ci encerclent et attaquent subitement le groupe à coup de battes et de pieds de biche (les armes à feu étant restreintes dans la JSA). Tout le groupe est grièvement blessé, Bonifas meurt sur le coup et Berett succombera par la suite à ses blessures. 2 soldats sont alors tués et la nouvelle arrivera rapidement à Washington DC.

À partir de là, les tensions s’accumulent entre les deux camps et tout le monde redoute une deuxième guerre armée dans la région.

Cependant les américains estiment que le peuplier doit disparaître :

“Ils ont tué deux Américains et si nous ne faisons rien, ils recommenceront”, “Nous devons faire quelque chose”.

Henry Kissinger, secrétaire d’État des États-Unis.

Trois jours après l’incident, l’Opération Paul Bunyan, nommée ainsi d’après un bucheron géant du folklore américain, est lancée, dans un unique but : couper l’arbre.

Sont alors déployés 60 ingénieurs de l’armée américaine, armés de tronçonneuses et escortés par 60 forces de sécurité, eux-mêmes armés de haches. Cependant, cette mission était avant tout une démonstration de force des américains, puisque 27 hélicoptères d’attaque AH-1 Cobra, un tank d’assaut et trois bombardiers B52, escortés d’avions de chasse F4 et F5, sont positionnés au Sud. En addition à ces moyens déjà considérables sont envoyés 64 forces spéciales sud-coréennes expertes en taekwondo et un porte avion américain est déployé dans la région. Les nord-coréens sont eux environ 200 et postés de l’autre cotés du pont, armés de mitrailleuses, qui ne seront finalement jamais utilisées. L’arbre fini alors par tomber, au bout de 42 minutes de tensions extrêmes où tout pouvait basculer à n’importe quel moment, et déclencher un nouveau conflit armé entre les deux Corées.

Ainsi, bien que la situation a heureusement évolué depuis, notamment avec la démilitarisation de la JSA en 2018 ou encore la traversée symbolique de Donald Trump du coté nord-coréen, laissant imaginer une possible réunification dans un futur plus ou moins proche, ce fait historique aurait pu rapidement prendre une autre tournure ; laissant derrière lui une deuxième guerre en Corée, faisant des millions de morts et des nombreux dommages matériels, pour un simple peuplier.

Sources : bbc.com / reuters.com / timeline.com / nationalinterest.org